Olympiades Populaires révolutionnaires

Pour lire le compte-rendu sur les
Olympiades Populaires
qui se sont tenues au parc Paul Mistral le
17 juillet

Cliquez ici

 


Affiche olympiades

Prochaine réunion de préparation des Olympiades Populaires
Lundi 11 juillet après l’AP de Nuit Debout devant la Bobine
Parc P. Mistral


Organiser des Olympiades Populaires révolutionnaires à Grenoble en juillet ?

A été lancée l’idée en Assemblée Populaire le 12 juin d’organiser des Olympiades Populaires (révolutionnaires) cet été à Grenoble (possiblement le 17 juillet), à l’occasion de l’anniversaire des Olympiades Populaires de 1936 à Barcelone, et des combats de cette même année.

Des épreuves seraient proposées pour remplacer les sports habituels : à la place du lancer de poids, le lancé de pavés, à la place du saut de haies, le saut de barbelés ou de frontières, ou encore, à la place des sports de combats et arts martiaux, de l’autodéfense contre les forces répressives…

Bref, il y a plein d’idées déjà lancées. Ci-dessous un pad pour celles-eux qui voudraient participer à l’orga, donner des idées, etc.

<https://pad.gresille.org/p/orga-olympiades-populaires>

affiche2-1936

En 1936, dans la Barcelone révolutionnaire, étaient planifiés des contre-JO : les Olympiades Populaires, contre-pied radical aux Jeux Olympiques fascistes de Berlin. Six mille athlètes, membres d’associations et de clubs sportifs syndicaux ou de partis de gauche, s’inscrivent. Mais l’événement est finalement annulé à cause du coup d’État fasciste de Franco, lancé le 18 juillet 1936, la veille de la cérémonie d’ouverture.

« Dans les hôtels, certains sportifs pensent qu’il s’agit de feux d’artifice en l’honneur des Olympiades ! En cette journée du 19 juillet, si la majorité des sportifs restent dans leurs résidences, d’autres sortent pour aider le peuple contre l’offensive des militaires. Certains sont blessés ou tués. […] Les sportifs réfugiés juifs, antifascistes italiens, polonais, etc. sympathisent avec le peuple en armes. Ils affirment être venus défier le fascisme sur un stade et que l’occasion leur fut donnée de le combattre tout court ». (Boniface, JO politiques, 2012)

De nos jours, les Jeux Olympiques sont devenus la vitrine du capitalisme outrancier (publicité, lobby, corruption, exploitation des travailleurs pauvres, tourisme sexuel, etc.), mettant en exergue le culte du corps parfait et de la performance individuelle (sexisme, virilisme, dopage, etc.).

En juillet, nous fêterons le quatre-vingtième anniversaire des olympiades anti-fasciste barcelonaises, alors pourquoi ne pas reprendre modestement cette belle initiative, et ainsi perpétuer la tradition des contre-sommets, par la relance de nouveaux contre-JO : des olympiades populaires révolutionnaires défendant des valeurs anti-capitalistes, anti-autoritaires, anti-racistes, anti-sexistes et anti-validistes. Des jeux où la compétition individualiste ne serait pas le maître mot, des olympiades où la solidarité et la collaboration seraient à l’honneur, où les équipes ne seraient pas forcément nationales et genrées. Des olympiades qui allieraient moments sportifs, ateliers collectifs, discussions/réflexions politiques et festivités.

Des olympiades qui pirateraient dans la bonne humeur les jeux classiques ?

transformant les art-martiaux et les sports de combat en techniques d’autodéfense contre les forces répressives et autoritaires de l’état ?

travestissant les lancés de poids et de javelots en lancés de pavés ou cocktails Molotov,

remplaçant les 100m, 200m et autres courses en échappées pour la liberté (scénarisé par des voitures de polices poursuivant les participants ?)

suppléant les sauts de haies par des sauts de barbelés, de murs, de frontières,

Guerre civile espagnole (1936-1939). Affiche des "Jeux Olympiques du Peuple" organisés à Barcelone entre le 19 et le 22 juillet 1939.

Guerre civile espagnole (1936-1939). Affiche des « Jeux Olympiques du Peuple » organisés à Barcelone entre le 19 et le 22 juillet 1939.

Une journée type pourrait :

la matinée : commencer par des grands entraînements collectifs ouverts à tous

le midi : s’interrompre par une grande cantine populaire

en début d’après-midi, après le repas : poursuivre par des ateliers et discussions

l’après-midi, le soir : continuer par les (non-)compétitions

en fin de soirée/nuit : terminer par un moment festif, concert, film, …

Cet été auront lieu les JO de Rio.

Alors pourquoi ne pas profiter de l’agitation autour de ces JO et prolonger cet été le mouvement social actuel en organisant au moins durant une journée, par exemple le dimanche 17 juillet 2016, tout juste quatre-vingts ans après les olympiades populaires anti-fascistes de Barcelone :

des olympiades anticapitalistes, modestes et généreuses ?

Si vous êtes de la partie, rendez-vous jeudi 16 juin, 18h à l’assemblée populaire de nuit debout (http://nuitdeboutgrenoble.fr/) pour s’organiser ou déjà sur la page web : pad.gresille.org/p/orga-olympiades-populaires