Contre toutes les expulsions…

Aujourd’hui en Isère, plus de 4000 personnes sont à la rue. Pourtant, selon l’INSEE il y aurait, en 2014, 10 000 logements, immeubles de bureau et ex bâtiments industriels vacants dans l’agglomération grenobloise.

Malgré la trêve d’hiver, des menaces d’expulsions parviennent auprès des personnes hébergées. Dans les squats, l’électricité a été coupée et les personnes qui dorment à la rue, sous tente ou sous des ponts, subissent un harcèlement policier quotidien et inacceptable.

Depuis le « plan grand froid » lancé le 13 Janvier, 3 gymnases avaient été ouverts sur l’agglomération. Les personnes hébergées étaient informées au jour le jour de leur maintien dans des conditions ultra précaires : lits de camp alignés dans une salle mal chauffée, rationnement en nourriture et repas unique par jour, obligation de quitter le gymnase durant la journée pour les hommes seuls, éloignement des écoles pour les enfants scolarisés.

Les gymnases ont fermé entre le 30 Janvier et le 3 Février. Tout le monde n’a pas été relogé. Les familles se sont vu proposer des nuits d’hôtel à l’autre bout de l’agglomération sans solution de transport, ni précisions sur la durée. Les hommes seuls se sont retrouvés à la rue alors qu’ils n’avaient pas été prévenus le matin à leur départ.

Tout au long de la semaine, des mobilisations de soutien ont eu lieu en sortie des gymnases et devant la préfecture pour dénoncer cette gestion au thermomètre du droit à dormir sous un toit. Aujourd’hui lundi 6 février toutes les personnes qui ont été hébergées en hôtel sont menacées d’être mises à la rue ou le sont déjà.

Nous dénonçons les politiques des institutions aux logiques racistes, qui donnent lieu à des traitements indignes et inhumains.

Appel à une assemblée exceptionnelle vendredi 10 fevrier

Nous avons commencé à agir :

  • Une campagne « Réquisition GO ! » a été lancée, pour identifier les bâtiments vides dans l’agglomération.

  • Nous réclamons de la part de toutes les mairies de la Métro un moratoire gelant toutes les expulsions sur leur territoire.

Mais c’est insuffisant ! Le rapport de force ne peut se construire qu’avec vous toutes et tous. Que nous soyons à la rue, mal logé-e, menacé-e d’expulsion, avec ou sans papier, ou une personne concernée par cette lutte :

Restons déterminé-e-s pour défendre le droit au logement digne et adapté comme un droit inconditionnel !

L’assemblée des locataires, mal logé-e-s et sans logement, qui se réunit chaque vendredi, appelle à

Une assemblée exceptionnelle

vendredi 10 Février à 17h30 au 6 Rue Jay

(entrée rue Billerey, face à l’école)

Ne nous contentons pas de dénoncer : Agissons !

Nous avons besoin des idées de vous toutes et tous mais surtout de vos forces pour mettre en œuvre des actions à la hauteur de la situation.

Contact : assembleelogement@riseup.net


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *