Monthly Archives: juillet 2016

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #144 mars (anciennement 22 juillet)

Compte rendu du jeudi #144 mars (anciennement 22 juillet)

[9 participants]
Les Assemblée Populaires se tiendront uniquement le jeudi soir à 19 h près de la Bobine (Parc Paul Mistral) à partir de la semaine prochaine et jusqu’à fin août. 
L’AP du jeudi 28 juillet devra se prononcer à nouveau sur cette décision. 
D’ici la fin du mois d’août, les commissions et des rencontres informelles continueront d’avoir lieu. 
Debout en toute saison, nous restons éveillés tout l’été ; des initiatives seront prises comme par exemple : des expos photo, des visites lors de festivals, du collage d’affiches…
Les goûters (Jardin de boue) à la MC2 le dimanche sont maintenus. 
Décision prise par vote : 6 pour, 0 contre, 1 abst.

Parole libre :

La volonté de continuer la lutte contre la loi travaille ! et son monde est partagée. Il y avait encore du monde aux dernières manifestations de juillet. On peut s’en féliciter. Nous venons d’apprendre la nouvelle prolongation de l’état d’urgence. Il s’agit d’une dérive sécuritaire grave à laquelle il faut aussi s’opposer. Il y a beaucoup d’énergie disponible, les derniers mois l’ont montré. Cette lutte de 4 mois a formé et soudé un grand nombre de personnes qui constituent la base de la continuation du mouvement.

Information : 

Le média en ligne Place Grenet’ se propose d’interviewer des participants à Nuit Debout. Il est bien entendu que personne ne peut s’ériger en porte-parole. Il procède de la liberté de chacun de répondre à une telle demande. S’ensuit un débat sur les avantages mais aussi les dangers de la participation médiatique.

 

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #135 mars (anciennement 13 juillet)

AP ND Grenoble 13/07/2016

On bloque tout est en pause pour l’été. Mais il y a déjà un rdv prévu caisse

Conseil municipal empêché

Prochain rdv : le 18 juillet à 18h (rdv 17h) Cette fois il faudra réfléchir à d’autres modes d’action, car on ne rentrera sûrement pas.

Lula et Gaël ont parlé avec Chamussy. Ils ont des déclarations géniales sur son plan révolutionnaire de droite. Le code du travail est déjà trop complexe pour les travailleurs…

Vidéo du conseil : l’ennemi n’est pas vraiment la Mairie. Voir les PS et autres se délecter de cette situation ça fait chier. Mais l’action est bien en soi, c’est une bonne idée de bloquer des réunions comme ça. Par exemple le conseil départemental ça pourrait être intéressant. C’est important d’agir dans des institutions comme celles-ci. La Métro aussi ?

CGT : collage 21 juillet de 9h à 12h départ bourse du travail. On peut venir en renfort ou pour coller nous aussi nos affiches. Quelques actions ponctuelles comme ça cet été mais pas de manifs.

CA du CCAS vendredi matin. Il y avait Piolle, d’autres de l’opposition. Nuit Debout n’était pas vraiment représenté (seulement Gaël), c’est dommage de louper ces rdv.

Il faut connaître ses ennemis pour se battre correctement. D’où l’importance de faire ça au régional, et à la Métro. L’accueil ne sera pas le même, là on verra qui sont les vrais ennemis.

PB : il faut du monde, donc sans l’intersyndicale ce ne sera pas possible.

Ecopla en procès lundi 18 à 18h30. R dv Palais de justice.Voir car deux rdv au même moment.

Lecture d’un courrier par Gaël.

Poste : les copains inquiétés sont réprimés pour leur engagement syndical, on veut leur faire porter le chapeau pour

roulement perpétuel= dès que quelqu’un n’est pas d’accord = on lui cause des pb, et si il est soutenu, on cause des pb aux soutiens et ainsi de suite. C’est gravissime.

action devant la poste =

lundi 19h au jardin de ville : comité de la transition citoyenne – comm jardins partagés, visite avec petit train Gre, comm …

Demain après-midi : la comm média va travailler sur le jt

Vendredi aprem : travail sur Grestock

heures et lieux à décider pour ces réunions

Faire lettre Grimaud et cr du 23 juin en affiches pour pouvoir les diffuser sans forcément tracter. Comme les maoistes disaient, les murs écrivent.

Mail envoyé à Toulouse avec les deux docs + explications

Il faut communiquer + là-dessus

Envoyé aussi à Mediapart

Si quelqu’un a des infos pour les affiches, comment les imprimer? où? etc.

Proposition d’une commission Actions d’été. Pas cette semaine car trop de choses, mais lundi soir après l’AP : cette commission sera tenue !

Vendredi à 19h Ripert viendra pour faire un retour sur ce qui se passe pour lui et pour remercier Nuit Debout. Il faut qu’il y ait du monde. Faire passer le mot

Gaël a des bonnets phrygiens pour se déguiser en Marianne demain. Lâcher de lanterne ce soir avec invitation à venir à l’AP de la part de NDG.

Pour Grestock, poèmes à lire sur fond musical (violon, ukulélé)

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #138 mars (anciennement 15 juillet)

Compte rendu du vendredi 15 juillet,
nouvellement #138 mars

 
 
L’AP s’est ouverte sur les remerciements de Maitre Ripert à Nuit Debout pour le soutien durant sa radiation. Aujourd’hui il n’est pas radié, mais interdit d’exercer durant 3 ans dont un an avec sursis.
 
 
  • Retours de la journée :
 
Une journée placée sous le signe de l’organisation de dimanche :
 
Grestock :
Une commission s’est réunie tout l’après-midi pour l’organisation de cet évènement.
Au programme :

– Lecture de  poèmes en musique
– Ukulélé, accordéon, violon… et un instrument imprononçable qui ne m’a jamais été épelé.
– Exposition de photos (merci photo debout)
– Faux JT
– Karaoké
– Danse 
A faire :
– Nous serons tous en tenue psychédélique, si quelqu’un veut lui même arriver habillé en hippie et danser, mettre l’ambiance et autre, cela sera fortement apprécier.
– Envoyer des poèmes à Sylvie (dont le mail à tourné)
– Amener des images 
– Faire un point final demain, samedi 16 juillet (nouvellement #139 mars) à 17 h au Parc Paul Mistral 
 
Olympiade populaires :
Du collage d’affiches jusqu’à aujourd’hui encore.
Au programme :
– Un club de boxe viendra faire un show
– Initiation au Parkour
– Un film sur 36
– Un stand de la CNT
– Un historien viendra parler de 36 à midi. Proposition d’en profiter pour faire un bilan sur ces 4 mois de mobilisation.
A faire :
– Amener des gens à partir de 10 h
– Venir samedi 16 juillet (nouvellement #139 mars) à 14 h au parc Paul Mistral pour finaliser l’organisation des Olympiades
–  Amener pneus et autres matériaux pour faire des barricades pour le 49.3 mètre barricades
– Les Olympiades cherchent des volontaires pour la team Médic (soin des bobos). Un urgentiste sera sur place, mais ce serait bien qu’il y ait des gens pour l’aider.
 
 
  • Parole libre
Une intox circule comme quoi Nuit Debout Paris se serait arrêtée pour l’été… c’est faux !!
 
Pensée pour les victimes de l’attentat, sans pour autant stigmatiser une partie de la population.
De toute évidence, l’état d’urgence est plus efficace pour réprimer les manifs que pour protéger les populations, ce qui à débouché sur un long débat. Aussi bien sur « à qui profite le crime ? », que sur le complotisme.
Chacun avait ses arguments, sur le fait que l’histoire est pavée de complots, qu’il est facile de se laisser entraîner par son imagination, sur le fait qu’avec la technologie d’aujourd’hui il devenait raisonnable de tout remettre en question, sur le fait que c’était toujours les mêmes populations que l’on stigmatisait, bien que tout le monde n’était pas d’accord sur ces populations.
Je me permettrais de ne pas en rajouter sur ce débat, car il a été clos de façon brutale et urgente à cause de sa violence, sa longueur et le fait qu’il remuait cet attentat dans nos esprits. De fait tout le monde n’a pas pu dire ce qu’il avait à dire. Il sera sans doute utile de faire une AP thématique sur ce sujet extrêmement sensible...
 
 

Communiqué de presse sur le 23 juin 2016

Communiqué de Nuit Debout Grenoble
(#129 mars – anciennement 7 juillet 2016)

Retour sur la journée du jeudi #115 mars – anciennement 23 juin 2016

Durant cette journée de mobilisation contre la loi travail et son monde, plusieurs types d’actions ont eu lieu :

  • Le collectif « On bloque tout 38 » a mené une action de blocage à la presqu’île Europole le matin. Sur place, deux contrôles d’identité ont été effectués par les forces de l’ordre. En rentrant de cette action, un véhicule participant au blocage a été contrôlé sur Grenoble avec ses occupants. Les forces de l’ordre ont procédé à des contrôles d’identité et des fouilles au corps.
  • L’après-midi, une manifestation à l’appel de l’intersyndicale, à laquelle participaient des personnes de Nuit Debout, est partie de la place Felix Poulat. Durant la manifestation, un jeune homme a été interpellé au milieu du cortège, suite à des propos qu’il aurait tenus le matin même durant l’action de blocage. Au moment de cette arrestation, il y a eu des jets de peinture sur les véhicules de police. Le cortège a décidé de faire demi-tour pour marquer son désaccord avec cette arrestation. Suite à cela, une perquisition a eu lieu au domicile du jeune homme pour rechercher des armes (..)
  • Le soir, une manifestation libre s’est déroulée dans les rues du centre-ville de Grenoble.

Après cette journée de mobilisation, il nous a semblé primordial de revenir sur les circonstances de chacune des actions menées et sur les réponses judiciaires et policières qui en ont découlé, afin de clarifier les propos tenus par certains médias relatant uniquement le point de vue des forces de l’ordre.

De nombreuses comparutions immédiates se sont tenues dès le lendemain, avec des peines de prison ferme prononcées, des contrôles judiciaires (interdiction de séjour à Grenoble) mis en place, des dommages et intérêts exorbitants demandés, des mandats de dépôt appliqués (emprisonnement provisoire en attendant le procès).

À la suite de la manifestation de l’après-midi, un groupe de personnes s’est rendu en fin de journée devant l’hôtel de police afin de soutenir le copain interpellé dans le cortège. Les personnes présentes n’ont manifesté aucune animosité à l’égard des forces de l’ordre, l’ambiance était paisible, des échanges ont eu lieu avec un mandaté de la police. Les manifestants ont invité les policiers très chaudement équipés à aller se reposer à l’ombre et boire de l’eau, tout comme ils le faisaient eux-mêmes. Après 1h sur place, l’attroupement s’est dispersé dans le calme. Une personne présente, malgré les tentatives du groupe pour l’apaiser, n’a pas pu s’empêcher de manifester sa colère vis à vis des policiers. Alors que la majorité du rassemblement s’éloignait, les forces de l’ordre ont fendu la foule à coups de matraque pour l’interpeller. Les personnes présentes ont été frappées, simplement parce qu’elles se trouvaient au mauvais endroit.

Le soir, une manifestation libre et festive a débuté à 21 h 30 dans le centre-ville de Grenoble et s’est poursuivie dans les rues piétonnes jusqu’au Cours Berriat. Sur le parcours, il y a eu quelques jets de peinture à l’eau (donc effaçable) sur une vitrine de banque et sur un véhicule de police. Trente minutes après le départ, la présence policière s’est faite plus forte suite à une action spécifique (la tête de cortège a accéléré la vitesse de marche, créant un mouvement de foule en direction de 2 voitures de police ; le cortège s’est ensuite redirigé vers la droite, ne souhaitant pas forcer le barrage des forces de l’ordre).

Ensuite, au niveau de la place Victor Hugo, une vitrine a été cassée à l’arrière du cortège. Un jeune homme se tenait sur le pas de la porte d’une pizzeria et filmait la manifestation libre ; les forces de l’ordre lui ont demandé d’effacer la vidéo, ce que le jeune homme a refusé de faire, invoquant le fait qu’il se trouvait dans un lieu privé (le restaurant). Ils l’ont donc tiré vers la rue, le sommant de donner son téléphone portable, ce que le jeune homme a de nouveau refusé de faire. S’en est suivi un étranglement pour le contraindre à obtempérer. Durant cette contention, les membres des forces de l’ordre ont plaqué le jeune homme contre la vitrine qui s’est brisée avec le choc. Ils sont ensuite repartis en accusant le jeune homme d’avoir cassé la vitrine et en rajoutant : « on a mieux à faire ».

Au croisement de la Rue de Bonne et de la Rue de la Poste, alors que le cortège s’était donné le mot pour une dispersion dans le calme à la place suivante et qu’aucune des sommations réglementaires n’avaient été entendues, les forces de l’ordre ont nassé les manifestants (technique de maintien de l’ordre consistant à encercler les manifestants) à grand renfort de matraques, armes électriques et gazeuses lacrymogènes utilisées à bout portant. Des témoins rapportent des visages en sang, un homme maintenu à terre avec une matraque au-dessus de son œil, etc. Un réel tabassage a eu lieu à l’encontre de personnes déambulant dans une ambiance pacifique. De nombreux blessés sont recensés, avec points de suture, ecchymoses, passage aux urgences pour cécité temporaire. Des ITT (Incapacité Temporaire de Travail) de 5 jours ont été constatées par des médecins et des suites d’examens sont toujours en cours.

Ce qu’il faut retenir de cette journée, c’est l’extrême violence dont ont fait preuve les forces de l’ordre envers les manifestants opposés à la loi travail, violence totalement disproportionnée au vu des dégradations constatées, toutes symboliques et à aucun moment dirigées contre des personnes. Tous ceux qui ont assisté à ces scènes d’une violence inouïe en ont été profondément choqués et jamais une répression aussi disproportionnée n’avait été observée lors d’une déambulation pacifique.

Nous tenons à remercier les quelques trop rares journalistes ayant eu le professionnalisme de chercher des sources contradictoires afin de rapporter des faits objectifs et déplorons le travail trop souvent bâclé de certains médias, qui font le choix de ne relater qu’une seule version des faits, avec pour seule source le rapport des forces de l’ordre.

*****

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #133 mars (anciennement 11 juillet)

Assemblée Populaire du #133 mars
(anciennement 11 juillet)

  • Action en cours à la Mairie :
    La mairie ferme 3 bibliothèques et un centre culturel, fait des emprunts toxiques, etc. Coupe budgétaire (politique d’austérité?) de la mairie.
    En réponse, des gens de différents syndicats se sont retrouvés devant la mairie ce soir et sont rentrés pendant le conseil municipal.
    Occupation du Hall puis de la salle. Présence policière mais tranquille, uniquement pour surveiller. On a pu discuter avec eux : on soutient le service publique.
    Ils sont encore à la Mairie durant l’AP, plus de détails dans le prochain compte rendu (ou venez directement à l’AP 🙂 ).

 

  • Plateforme de revendication (projet en cours de discussion) :
    Problème de *1* admin

 

  • Point sur les Olympiades Révolutionnaires (dimanche 17 juillet) :
    La journée est prévue. Affiches prêtes. Demande de gens demain soir pour le collage. Rendez-vous demain à XXhXX.
    * Le matin
     – grand atelier collectif (anti-rep/auto-défense collective/fabrication de lance-pierre et de cibles). 
     – du parkour
    * Le midi 
     – plus de cantine (trop difficile à organiser), donc repas en mode « auberge espagnole »/pique-nique partagé.
    * L’aprem
     – grands jeux en non-compétition
     – conférence/panneaux (Frank Minsk) sur les Olympiades de 1936
    * Le soir 
     – repas partagé
     – projection d’un film sur les Olympiades de 1936.
    Il manque du son (sono) et un camion.
    Par exemple épreuve « barricades » => il faut des palettes/etc.
    Après la soirée des Olympiades, appel à danse/poésie/musique/etc.

 

  • Restructuration de la com’ com’ :

    Faire des BD/trac/fly humoristiques sur les Nuits Debouts (sur la loi travail par exemple). À destination des enfants notamment.
    Faire un recensement des sites alternatifs
    Réfléchir sur les termes utilisés. Ex: « Manifestation festive » -> « Manifestation libre »/ »Déambulation festive »

 

  • Ecopla :
    Samedi : une trentaine de personne se sont rendu samedi à l’usine Ecopla en soutien aux camarades en lutte contre la fermeture de leur usine.
    Le tribunal administratif a refusé leur projet de SCOP (à 20~25 personnes, aucun cadre) au profit d’une usine Italienne.
    Leurs outils sont depuis en « sursis ». D’un jour à l’autre leur outil de production pourra être saisi.
    Leur projet consiste à se réapproprier leurs moyens de production.
    Découverte de l’entreprise et du concept de SCOP.
    Quel était leur vision de ND avant de nous rencontrer ? Mauvaise, transmises par les médias dominants : « casseurs », « marginaux ».
    Il y a une grosse intox de ce qu’est Nuit Debout.
    Leur vision a totalement évolué par rapport à nous. 
    D’où l’importance de faire notre communication.

    Se tenir près à aller les soutenir rapidement. Les bus Transisère changent d’horaire chaque jours et chaque semaines.

     

  • Grestock :
    Slogan d’approche? en cours.
    Concept sur l’ouverture à la culture.
    Relai sur Lyon/Grenoble, notamment aux Olympiades par exemple.

    Ca se structure petit à petit. Il y a beaucoup d’idées, il n’y a plus qu’à les mettre en œuvre.

     

  • Proposition de diminution du nombre d’AP :
    Après les Olympiades, passer à 3/4 AP par semaine.
    1. Ca laisserait plus de temps pour prévoir vraiment des choses.
    2. Que les gens qui ne viennent pas souvent sachent que c’est vraiment pour s’organiser.
    3. Le nombre de personnes en été diminue.
    Réponses :
        – Est-ce qu’on ne risque pas alors de tomber dans un cadre plus rigide ?
        – Importance de maintenir une présence physique : montrer que Nuit Debout ne s’essouffle pas (et faire en sorte que l’AP ne désemplisse pas).

        – Prévoir des organisations à la semaine (films, etc.) pour que les gens puissent choisir quand venir.

     

  • Parole libre :
    * Un photographe de « Photographe Debout » (de Paris) nous explique qu’ils font des expos libres à Paris. C’est facilement généralisable et c’est festif.
    * Info calendrier : demain midi (mardi 12 juillet) rendez-vous à la poste de chavant en soutien aux camarades qui sont en procédure de licenciement du fait de leur engagement syndical.

Nuit Debout Grenoble s’adresse aux policiers



NUIT DEBOUT GRENOBLE A TOUS LES POLICIERS

En mai 1968 dans Paris la contestation et les manifestations étudiantes génèrent parfois des affrontements d’une très grande violence entre policiers et manifestants, du pavé lancé de plein fouet jusqu’au jet de produit chimique destiné à aveugler ou à brûler.

Des voitures, des kiosques à journaux sont incendiés, des vitrines brisées. Des arbres sont abattus, des chaussées dépavées pour dresser des barricades dans les rues du quartier latin où se déroulent de véritables scènes d’émeutes.

C’est dans ces circonstances que, suite aux violences de certains policiers, le Préfet de police a adressé à tous ses fonctionnaires une lettre dont voici des extraits :

_____________________________

Lettre du préfet de police de Paris Maurice Grimaud à tous les policiers – Mai-68

« Je m’adresse aux gardiens, aux gradés, aux officiers, comme aux patrons et je veux leur parler d’un sujet que nous n’avons pas le droit de passer sous silence : c’est celui des excès dans l’emploi de la force. »

« Si nous ne nous expliquons pas très clairement et très franchement nous gagnerons peut-être la bataille dans la rue mais nous perdrons quelque chose de plus précieux et à quoi vous tenez comme moi : c’est notre réputation. »

« Je sais que dans votre immense majorité vous condamnez certaines méthodes. Je sais et vous le savez aussi, que des faits se sont produits que personne ne peut accepter. »

« Je comprends que, lorsque des hommes assaillis pendant de longs moments reçoivent l’ordre de dégager la rue, leur action soit souvent violente. Mais, passé le choc inévitable du contact avec des manifestants agressifs qu’il s’agit de repousser, les hommes d’ordre que vous êtes doivent aussitôt reprendre toute leur maîtrise. »

*« Frapper un manifestant tombé à terre, c’est se frapper soi-même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière. »

« Je sais que ce que je dis là sera mal interprété par certains, mais je sais que j’ai raison et qu’au fond de vous-même vous le reconnaissez »

« Si je parle ainsi, c’est parce que je suis solidaire de vous. Il faut que nous soyons tous solidaires. »

« Dites -vous bien et répétez-le autour de vous : toutes les fois qu’une violence illégitime est commise contre un manifestant, ce sont des dizaines de ses camarades qui souhaitent le venger. Cette escalade n’a pas de limite. Dites-vous aussi que lorsque vous donnez la preuve de votre sang-froid et de votre courage ceux qui sont en face de vous sont obligés de vous admirer même s’ils ne le disent pas. »

« Je sais votre amertume devant des réflexions désobligeantes ou les brimades qui s’adressent à vous, mais la seule façon de redresser cet état d’esprit d’une partie de la population, c’est de vous montrer sous votre vrai visage et de faire une guerre à tous ceux, très peu nombreux qui, par leurs actes inconsidérés accréditeraient cette image déplaisante que l’on cherche à donner de nous.

 _____________________________

48 ans après cette lettre, le 30 avril 2016, « un Télégramme  immédiat »  est adressé par le Ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, non pas aux policiers, mais aux préfets, au directeur général de la police nationale, au général d’armée, directeur de la gendarmerie nationale…

Voici de larges extraits du « télégramme » :

On peut comparer les deux textes

« Objet : Manifestations revendicatives et  rassemblements  « Nuit debout »

« Les violences qui se développent en marge des manifestations revendicatives, voire des rassemblements « Nuit debout » sont inacceptables … lorsqu’elles sont dirigées contre les forces de l’ordre. »

« Ces débordements violents, au -delà des dommages qu’ils provoquent, aux biens et aux personnes, brouillent l’expression démocratique » (reconnu par le gouvernement d’où le 49-3)

« L’ordre républicain commande que tout soit entrepris pour prévenir et réprimer leurs auteurs »

« Je sais les efforts que vous déployez avec les responsables des forces de police et de gendarmerie qui font preuve d’un remarquable professionnalisme »

« Vous exigerez un service d’ordre, capable d’isoler les fauteurs de troubles. »

« Vous prendrez toutes les dispositions pour filmer les opérations »

« Vos instructions ont permis 214 interpellations le 28 avril et 961 depuis le début des manifestations»

« Vous donnerez toutes instructions aux services de police, de gendarmerie pour un usage proportionné et légitime de la force (Ah !) Même attention pour les rassemblements « Nuit debout »

Concernant « Nuit debout » sont exigés : Déclaration préalable – Service d’ordre interne – Horaire de dispersion « L’horaire fixé atteint vous ferez évacuer les places occupées » – « Proscrire des constructions mêmes légères. »

« Vous prendrez contact avec les procureurs de la République que vous informerez des dispositions prises ».

_____________________________

Statut des fonctionnaires

« Les fonctionnaires doivent se conformer aux instructions de leurs supérieurs hiérarchiques »

Le devoir de désobéissance des fonctionnaires :

Avis du Conseil d’Etat : « Le fonctionnaire dispose d’un devoir de désobéissance lorsque les ordres sont manifestement illégaux et de nature à compromettre gravement un intérêt public. »

La responsabilité du fonctionnaire : « Il demeure responsable de ses actes lorsqu’il commet une faute de nature à justifier une sanction même s’il obéit à l’ordre d’un supérieur hiérarchique. » ( http://www.affaires-publiques.org)

*c’est nous qui soulignons  http://nuitdeboutgrenoble.fr  / Facebook Nuit Debout Grenoble*

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #132 mars (anciennement 10 juillet)

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #132 mars (anciennement 10 juillet)

IMPORTANT : à la fin de ce compte rendu, vous trouverez la liste des appels, si vous ne voulez pas lire le compte rendu, jeter un œil à cette liste car des choses importantes y sont demandées à nuit debout pour Grestock 1 notamment.

 

  • Olympiades populaires

L’assemblée s’est ouverte sur une discussion sur les Olympiades populaires. Des commissions ont apparemment travaillé dessus, mais aucune personne présente à l’assemblée populaire de ce dimanche n’y avait participé. Nous nous sommes demandés si nous devions imprimer des affiches et des flyers pour cet événement, ce qui a débouché sur un débat sur le prix de ses impressions. Mais si certains membres de nuit debout sont prêts à imprimer avec leur moyens personnels (possibilité jusqu’à mardi pour une nuideboutiste) une possibilité de s’arranger avec un CGTiste travaillant à Ecopla, mais sur Grenoble, pour faire des impression du a0 au a6 existe. Dans tous les cas il faut fournir l’affiche à imprimer. Apparemment, pour les olympiades, cette affiche existe. Une commission d’organisation de ces olympiades aura lieu demain (lundi 133 mars) après l’AP, pour finir de répondre à ses questions, il suffira d’y participer.

  • Grestock

Le soir même des olympiade, nuit debout organise Grestock festival, et pour cela, aucune commission n’est prévue pour le moment. Premier sujet, affiches et tracts. Si une affiche des olympiades existe, est-il possible d’ajouter une communication pour Grestock dessus ? A demander à cette commission demain.

Il est confirmé que Grestock disposera d’un groupe électrogène de 2500 watt.A ce moment de l’assemblée, nous avons constaté, que chaque personne a une vision personnel de Grestock, et ses visions se sont entremêlées. Sans être incompatibles, elles sont très variées : nous étions plus d’une dizaine et autant d’idées différentes ! Ce qui impliquera beaucoup de travail pour toutes les mettre en place dans un temps aussi court. Voilà pourquoi il y a des appels à la fin du CR, et d’où vient ce principe que nous nous sommes donnés durant cette assemblée : « celui (celle) qui dit, fait »

Les idées :

– Organisation d’un faux JT, nous ne nous sommes pas attardés dessus, nous sommes d’accord, et l’organisation roule d’elle même.

– Danse debout, plus de nouvelles de celle qui s’en occupe.

– Karaoké de textes engagés, à organiser en simplifiant un maximum : proposition de donner les textes sur papier plutôt que les projeter, si nous n’avons pas de rétroprojecteurs ou que la technique est trop compliquée à mettre en place par exemple.

– Bœuf ou scène ouverte, pour tout le monde puisse venir s’amuser et s’exprimer

– Improviser, c’est l’esprit de nuit debout, il est important que nous y soyons, et nombreux, et qu’on s’amuse !

– Faire venir des artistes plus pro, cela donnerait un cachet plus sérieux, et crédible au festival, quelqu’un contacte des artistes, nous aurons une réponse d’ici mercredi

– Lecture de poème en musique, ça a déjà été fait, et ça a vraiment un fort cachet

– Venue de la chorale des barricades, apparemment c’est prévu, et il serais également prévu qu’il y ait des lectures de poèmes espagnoles par les mêmes personnes
– Trouver des citations d’artistes (« l’art sauvera le monde » Dostoïevski)

– Décorer le lieux avec le tag antirep (qui est en format 26/15, ce qui le rendra compliquer à imprimer sans perte de qualités) et d’autres tag, notamment disparus (bourse du travail, grand place)

A faire :

– Vérifier la météo : beaucoup d’idée serons tout bonnement irréalisables en cas de pluie, au vu que nous n’avons pas de salle. Il ne s’agirait pas d’annuler Grestock, mais s’adapter, et ne pas dépenser d’énergie à mettre en place des choses que nous ne pourrons pas faire.

– Trouver un camion pour transporter du matos

– S’affranchir de la SASEM et de la SACD, chose qui ce fera toute seule, mais le revendiquer est encore mieux
– envoyer des musiques à bottardo@yahoo.fr

Nous rappelons cependant qu’il s’agit de Grestock 1, il y aura d’autres éditions. Aussi tout ne sera peut être pas fait pour cette fois, mais ce qui est sure, c’est que nous prendrons plus de temps pour les prochains. Une organisation plus longue, en commission, avec un vote de l’AP de chaque décision afin d’en faire un festival alternatif et plein de valeurs.L’objectif n’est pas de faire un festival trop marginal, mais au contraire d’attirer les gens dans l’alternatif, en trouvant l’équilibre « choquer/attirer)

 

  • La commission cinéma :

A partir de la semaine prochaine, car cette semaine Grestock est la priorité, s’organisera la commission cinéma ! Le projet : une projection par semaine, le jeudi. Une seule par semaine pour 2 raisons : d’un point de vue organisationnel, autant pour le temps de réflexion vis à vis du choix du film que son animation que la préparation des rétroprojecteurs et autres, plus d’une projection par semaine serais bien trop lourd pour la commission. D’un point de vue de la communication, une seule date par semaine, fixe, permet de fidéliser un public et être claire.Importance d’avoir une présentation avant chaque projection, et surtout, un temps de débat animé par la commission après, afin de créer de la réflexion.Un lieu sympathique a été repéré pour les projection dans le parc Paul Mistral, ver la fontaine. Un lieu ou il y à du monde, calme, et sombre.

  • Ecopla :

Samedi, un grand nombre de nuitdeboutistes se sont rendus à Ecopla, une usine, rachetée par des italiens, qui risque de se délocaliser. Cependant, les ouvriers tentent de récupérer leur usines, et d’en faire une Scoop. Un très beau projet, exemplaire pour ce qui est d’une autre société, que nous sommes ravis de soutenir. Les avis sont unanimes, si certains étaient peu motivés à venir ce samedi, tout le monde à été ravi de cette action de soutien, qui était une visite, durant laquelle les ouvriers nous ont présenté leur projet, et nous leurs avons présenté nuit debout. Ainsi, nous avons beaucoup appris, non seulement sur l’aluminium, mais aussi, sur l’efficacité de l’intox à notre égare. Intox que nous n’avons eu aucun mal à démentir, ce qui à rendu cette journée très instructive pour nous, et eux. La convergence ce fera donc sans aucun doute.

  • Équipe de journaliste :

    Il à été proposé de rassembler les photos, images, et témoignages, ainsi que de comparer la réalité aux info, afin d’une façon ou de l’autre d’informer les gens de ce qui ce passe. La personne qui à proposé cette idée, est invitée a converger avec la com com.

 

  • LISTE DES APPELS :

    – Il nous faut un Camion pour Grestock (avec quelqu’un qui le conduit)
    – Envoyez vos musique à bottardo@yahoo.fr
    – Contacter des artistes pour Grestock
    – Apporter des propositions de citations à Grestock

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #130 mars (anciennement 8 juillet)

Compte rendu de l’Assemblée Populaire du #130 mars (anciennement 8 juillet)

  •  Retour JT debout
Il serait bien d’avoir un pied pour le micro, les orateurs se sentent plus à l’aise debout.
  • Retour sur la conférence sur 1936 

Faire un retour historique était intéressant.Certains membres de l’AP sont ouverts à faire un travail de présentation sur l’ultralibéralisme et cherchent des gens pour travailler sur le sujet.Un bibliothécaire propose d’accéder aux infos disponibles dans sa bibliothèque.Un débat s’ouvre sur la pertinence des élections. Interventions sur le rôle de la SFIO et du PC, sur le «vote liquide» et le tirage au sort.

  • Suite au travail de nuit debout Toulouse sur une constituante, proposition d’expérimenter ceci en AP.
  • Retour plateforme collaborative internet

On a déjà beaucoup d’outils internet pour gérer les informations, puis quel est le risque d’appropriation ou de détournement de l’application ? De plus projet travaillé trop isolément et pas assez en AP, il serait bien que les personnes concernées fassent preuve de plus de présence en AP pour discuter de tout cela.

Un RDV est calé dimanche 10 juillet à 18h devant la MC2 pour aborder le sujet.
  • Débat sur la monnaie : Il faut faire quelque chose d’écrit et de pédagogique.
  • Proposition de faire une projection de conférence de Benjamin Bayard sur le rôle de l’internet.
  • Attention au projet de loi lié à l’internet par le gouvernement, soit disant pour nous protéger.
  • Com projection vidéo : ou en sont ils ? Le choix des films peut se faire en AP.
  • Retour Ecopla

11h :présentation du projet

12h : pic-nic

13h : visite de l’usine puis débat sur l’évolution du projet.

Demande de soutien physique sur place.
  • Parole libre :
  1. CR du 23/06 (suite à la manif sauvage et les violences policières) envoyé à Médiapart.
  2. Grestock : faut-il reporter ou faire avec les Olympiades révolutionnaires ? On peut essayer de rester modeste au début, faire venir des musiciens et des danseurs.
  3. Nuit Debout Grenoble possède une forme de reconnaissance par le fait que certains aient fait appel au mouvement (Rippert, Ecopla), c’est important de continuer.
  4. L’aspect éducation populaire est important dans ND pour lancer des débats.
  5. Moment de doute suite à moins de monde au fur et à mesure en AP, mais cela est normal dans un format de critique sociale en évolution. Le monde reste mobilisable et à l’écoute de ce qui se passe ici.

Compte rendu de l’Assemblée populaire du #129 mars (anciennement 7 juillet)

Assemblée Populaire du #129 mars (anciennement 7 juillet)

Assemblée thématique sur l’année 1936

  • Intervention sur 1936 par Pierre Saccoman, sociologue, Auteur du livre « Genèse et structuration du Front populaire à Grenoble et dans l’Isère, 1934-1936 ».

Autres références sur le sujet :

 

Intervention de Pierre Saccoman :

[Il n’était pas possible de tout retranscrire étant donné la quantité d’informations échangées pendant cette intervention très riche et très intéressante. Ces notes sont sûrement incomplètes…]

***

Allusion au décès de Rocard.
Rappel : Manuel Valls faisait partie des jeunesses rocardiennes.

Petit rappel historique :

  • 1871 : Commune de Paris – naissance du mouvement ouvrier
    Bilan = 20 000 fusillés, 30 000 déportés et 100 000 départs volontaires
  • 1895 : CGT. À ce moment-là, la France est le dernier pays européen à ne pas avoir de syndicats. D’où un mouvement ouvrier tardif.
  • 1920 : vague de grèves, écrasée par le pouvoir.

***

Dans les années 1930, c’est l’arrivée du fascisme et du nazisme en Europe.

À ce moment-là, en France, après une journée d’émeutes (6 février 1934), les 3 principaux partis de gauche (la SFIO, le Parti radical-socialiste et le Parti communiste français) décident de s’unir pour faire face au fascisme montant.

Thorez (Secrétaire général du PCF), alors très opposé à une union avec la SFIO, change d’avis et accepte un rapprochement face à la menace fasciste.

Les Radicaux, quant à eux, se méfient du PCF. Mais suite à une volonté d’unité des militants pour ancrer de nouveau le parti à gauche et surtout suite à une défaite aux élections municipales de mai 1935, et à un souffle patriotique au sein du PCF, les Radicaux décident de suivre ce mouvement et rejoignent la manifestation du 14 juillet 1935.

Élaboration d’un programme commun en vue des élections du printemps 1936. Ce programme ne comportait rien de ce que l’on connaît aujourd’hui comme les acquis sociaux du Front Populaire. Il n’était pas fait mention aux congés payés, à l’augmentation des salaires, etc.),

Le Front populaire remporte une nette victoire aux élections législatives des 26 avril et 3 mai 1936 (57 % des voix au premier tour, 386 députés sur 608 sièges). Blum sera nommé président du Conseil le 4 juin 1936.

Mais avant la formation de nouveau gouvernement, des grèves éclatent au Havre le 11 mai. Une usine est occupée et après deux jours à résister, ils obtiennent satisfaction. Mais aussitôt, d’autres grèves éclatent et le mouvement se répand comme une trainée de poudre.

Toute la France est rapidement concernée et paralysée par des grèves d’une ampleur encore jamais vue, avec des occupations d’usines, des comités de grève, etc. Une aspiration révolutionnaire est alors palpable en France.

Mais Blum se charge de calmer les choses et négocie avec le patronat pour éviter la Révolution en mettant fin au mouvement de grèves. Les patrons effrayés par le climat qui règne alors décident d’accepter toutes les revendications des syndicats et octroient des augmentations de salaires significatives, des congés payés, etc.).

Thorez déclare même en 1936 : « Il faut savoir arrêter une grève ». De toute façon, le PC n’a pas été à l’origine des grèves, il les a seulement suivies. Les anarchistes et les trotskistes déclarent qu’il y avait là un début de Révolution qui a été volé.

Mais après 1936, le Franc est dévalué (les augmentations de salaires seront ainsi compensées par l’inflation), le climat en Europe se dégrade.

***

À Grenoble, les radicaux se sont alliés à la droite pour évincer les socialistes. Mais les résultats donnent 63 % des voix pour le PC et PS réunis. Le Parti Radical disparaît à cause de son opposition au Front Populaire.

***

1936 en Espagne :

Le soulèvement des mineurs des Asturies a lieu en 1934 et est réprimé dans le sang par le gouvernement (les républicains à l’époque). La droite et la gauche se déchirent et c’est dans un climat extrêmement tendu que le Fronte Popular remporte les élections de 1936.

Dès le 17 juillet, Franco tente un coup d’état. Si le gouvernement résiste, une véritable guerre s’installe entre les nationalistes et les républicains.

Cependant, beaucoup de villes qui devaient être conquises par les fascistes se soulèvent et résistent (comme Barcelone).

Ensuite, l’Espagne sera attaquée par les Italiens et les Allemands. Quand Staline se décide à entrer à son tour dans le conflit, il est trop tard. Il livre des armes mais elles sont destinées d’abord aux communistes, les anarchistes et les républicains passent après et doivent suivre les règles des communistes.

Il faut savoir que l’armée républicaine était une armée autogérée, même si elle manquait d’armes. Staline leur a demandé de passer sous les ordres des communistes. Il faut également noter que c’est la première fois qu’un gouvernement provisoire est tenu par des anarchistes, c’est une période historique. La CNT est alors le premier syndicat espagnol.

Staline a demandé à la France et à l’Angleterre de ne pas soutenir l’Espagne libertaire car la seule alternative acceptable pour lui était le communisme. Et si le PC en France a essayé d’arrêter le mouvement de grève, en Espagne, il a fait encore pire.

***

En Russie, les bolchéviques ont été liquidés lors des procès de Moscou en 1936. Il ne restait que les communistes.

En Espagne, après une scission au sein du PC, des communistes sont exclus du PC et créent le Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM), réunissant les opposants de droite et de gauche.

 


Interventions de l’Assemblée / réponses :

Il faut se rendre compte que tout est parti de la crise systémique de 1929. Que la réponse ait été fasciste ou révolutionnaire, elle a été causée par cet événement. Pourquoi nous n’avons pas vu la même chose émerger après 2008 ? Parce que les banques ont été « sauvées » par les États. On a tout de même pu observer une monté de l’extrême-droite et des aspirations révolutionnaires n France.

Le capitalisme a failli mourir en 1929 mais il a été sauvé par la Seconde Guerre mondiale, de 1939 à 1945. En effet, d’un coup, il n’y avait plus de chômage et l’armée, grande consommatrice de biens en tous genres et d’armement a relancé la production.

***

1936 et mai 1968 ont été des occasions en or pour porter des revendications fortes et renverser la situation. Mais dans les deux cas, cela n’a pas débouché sur une Révolution.

***

En 1940, Pétain était au pouvoir en France et l’Assemblée Nationale avait voté pour qu’il ait les plein pouvoirs. Pétain décide d’intenter un procès (le procès de Riom) à Blum, Daladier (ex-ministre de la guerre) et Gamelin (chef des armées françaises). Il voulait les rendre responsables de la défaite 1940.

Blum s’est défendu lors de son procès en déclarant qu’il avait évité la Révolution en 1936, ajoutant qu’il avait augmenté les crédits militaires et relancé la production militaire.

Pétain préférait perdre contre l’Allemagne plutôt que de perpétuer la IIIe République. La France était aussi armée que l’Allemagne, elle aurait pu faire quelque chose.

***

Lorsque le Front Populaire a été porté au pouvoir, il n’intégrait aucune des revendications sociales acquises ensuite dans son programme. Ces grèves de masse ont été déclenchées par la victoire électorale et la prise de conscience de la force que représentait cette véritable convergence populaire.

Il faudrait que Nuit Debout soit un moyen de dérober les conquêtes sociales au pouvoir, comme cela s’est fait en 1936.

Opposition au fait de jouer le jeu électoral. Mais voter blanc et faire une campagne de vote blanc pourrait être une solution.

Cette option n’est pas non plus envisageable, il faut changer complètement le schéma actuel, réfléchir à un autre système avec des mandats révocables, de réels conseils, etc. Le système démocratique actuel est totalement illégitime. Aucune place et aucun pouvoir ne sont donnés aux mouvements sociaux.

La dynamique entre victoire électorale et victoire sociale est une vaste question, qui mériterait d’y consacrer une autre AP thématique ultérieurement.

***

Le Front Populaire est considéré comme une trahison. Le PS et le PC avaient compris dès 1934 que les choses se gâtaient et ont mis en place un rapprochement pour éviter un soulèvement populaire. Ça a été un moyen pour la bourgeoisie de répondre aux aspirations des gens.

***

Il a eu deux gros oublis dans le programme du Front Populaire : c’est la question coloniale et la question des femmes (il y avait pourtant beaucoup de femmes grévistes). Le Front Populaire n’a pas donné le droit de vote aux femmes car les radicaux s’y opposaient.

***

Au final, ce qui est au centre de tout, c’est la monnaie. Évocation du CEL.

Pourquoi toujours parler de la monnaie comme moteur principal et considérer qu’on ne peut pas faire sans, qu’on peut réformer le capitalisme ? Des alternatives existent, par exemples celles présentées par Lordon. L’économie devrait être un service public. Le salaire à vie présenté par Bernard Friot, ça c’est réellement révolutionnaire.

Le bénévolat, le volontariat, ça peut marcher à l’échelle d’une famille, d’une communauté, mais pour être exportable, on a besoin d’un système.

Pour approfondir cette question que beaucoup de monde ignore ou méconnait, il est demandé à la commission monnaie si elle peut élaborer des schémas, des résumés suffisamment simples et explicites pour présenter à tous afin d’en savoir plus et d’avoir quelques notions de base pour comprendre l’économie et ses enjeux.

 


Autres infos :

Nuit Debout Lyon propose de se rendre au Parc Gerland du 25 au 31 juillet pour le « Festival Debout Lyon » dans le but de partager les expériences, d’organiser des débats, des concerts, des ateliers, etc. On peut trouver des infos dessus à cette adresse : https://www.facebook.com/events/1057558064297668/

RDV le 12 juillet à 12 h devant la poste de Chavant pour soutenir des syndicalistes dont l’emploi est menacé à cause de leur engagement syndical.

RDV samedi 9 juillet à 9 h 45 aux arrêts de bus devant la bibliothèque, à Chavant pour aller au Touvet soutenir les ouvriers d’Ecopla.

RDV dimanche à la MC2 avec à 14 h, jardinage, musique, goûter, etc. et à 19 h l’AP. (Cette AP sera l’occasion de reparler de la plateforme des exigences)

RDV dimanche à 16 h au Jardins d’utopie. Ils sont en danger, l’université veut encore une fois grappiller du terrain sur ces jardins. Ce rdv servira à s’organiser pour faire une université d’été voire un campement là-bas.

Compte rendu de l’Assemblée populaire du #128 mars (anciennement 6 juillet)

Compte rendu de l’AP du #128 Mars

=> retour sur la journée de manifestation d’hier

– Les CRS étaient assez chauds

– fausses infos relayées par les médias (original tiens!) sur la manif sauvage. France 3 parle de jet de projectiles sur des CRS par exemple, alors que ça n’a pas été le cas, la manif était complètement pacifiste.

– appel à ceux qui auraient des vidéos de la manif à les partager/ publier, pour contrer les infos des médias à envoyer à nuitdeboutgrenoble@lanuee.com

– plusieurs témoignages de violences policières: ils s’en prenaient principalement à ceux qui avaient parlé avec eux à la manif du matin

– police énervée car ils n’ont pas la main mise sur tout ce qu’il se passe (blocus organisés par on bloque tout qu’ils n’ont pas pu anticiper) de plus, on est en juillet, et on est toujours là!

– rapport sur Remi Fraisse dans lequel on passe de «maintien de l’ordre», à «rétablissement de l’ordre» : donc il n’y a plus d’ordre?

– important qu’on soit solidaires et groupés, et bien se rappeler pourquoi on est là aujourd’hui. C’est légitime de manifester dans la rue quand le gouvernement se fout des droits du peuple comme ça. On est face à une violence d’état

Proposition: envoyer le tract avec les textes de Grimaud et Cazeneuve aux procureurs, aux juges, et aux médias alternatifs

En manif: ne pas aller juste là où les flics veulent nous emmener

Proposition: avant la manif, définir un lieu où se retrouver en cas de dispersion

-> aborder la dispersion comme une stratégie et non comme une lâcheté

Proposition de faire un sitting sur les grands axes, sur les rails du tram par exemple. Plus difficile pour eux de nous gazer

– de moins en moins de professionnalisme de la part des policiers: regards menaçants… témoignage: des policiers qui ont menacé verbalement des manifestants et jeté de l’eau sur eux alors qu’ils avaient quitté la manif.

=> lecture du texte d’antirep pour validation

Prise de parole libre et calendrier des actions à venir

=> aujourd’hui 100 ans du canard enchainé

=> retour sur l’intervention d’Ecopla de lundi soir: l’usine se fait racheter par des Italiens. Ils avaient une proposition de scop pour reprendre leur usine, mais celle ci a été refusée. Ils tiennent l’usine depuis 1 semaine.

Samedi: départ en bus pour aller les voir (usine à coté du Touvet) Rdv à 9h45 à chavant.

Journée: visite d’usine, discussions et débats, et voir comment on peut les soutenir.

=>Demain, jeudi 7 juillet: intervention sur les luttes de 1936.

=> hier, rencontre avec les noTAV italiens

=> à Avignon, le 7,8,9 juillet: forum social et citoyen

retour de commission sur la plateforme des exigences. Proposition de vote demain à l’AP pour valider le site.

Objectif de ce site: une plateforme d’idée pour partager plus facilement nos idées d’actions avec les nuits debout de France ou d’ailleurs!

=> lundi 17h30; rdv devant la mairie, rassemblement contre la politique d’austérité de la mairie

=> Mardi: réu de «on bloque tout» à 18h à la bourse du travail

12 juillet à 12h: rdv devant la poste près de Chavant pour un soutien à des syndicalistes de la poste qui se font licencier