CR de l’AG du 60 mars (29 avril)

Compte rendu de l’AG du vendredi 29 avril

Thème de l’AG : Garder le camp ou pas face aux problèmes de fatigue du noyau dur qui dort sur place, de violence et de sécurité 42 Interventions, 14 prises de paroles par des filles

Intervenant 1 garçon Deux croisées des chemins : 1°Le problème est que la communauté de vie n’est pas au service de la communauté politique. Problème de l’épuisement du noyau dur qui gère le lieu de vie. La question du maintien du lieu de vie se pose. 2°On doit se réunir autour du dénominateur commun de nos idées. On n’a rien inventé encore, on a tous des cultures politiques différentes. Il faut construire notre base idéologique, arrêter les imitations, et se rendre compte de notre disparité idéologique.

Intervenant 2 Fille J’ai appris beaucoup de choses grâce à ce lieu de vie et j’ai rencontré pleins de gens différents.

I 3 F J’apporte du positif : hier, très belle et grande AG + les 3 syndicats : on construit un mouvement social. Le 1er mai, on peut faire encore un autre lien avec les syndicats. On n’a pas de représentants, on peut faire un mandat pour un temps restreint

I4 G Le lieu de vie est menacé, pb de sécurité, de qui tient la cuisine. C’est important de s’unir de prendre ses responsabilités.

I5 G Vous êtes des beau gosses et nous on est moche, nous on dort par terre dans la flotte. Quand je vais à la mairie, des crs, à la préfecture, pareil.

I6 G Nous (noyau dur) voulons savoir ce que vous pensez de ça

I7 G Est ce qu’on sait où on va ?

I8 (désolé, pas de note)

I9G 20 personnes pour tenir le camp c’est pas assez, si l’occupation s’arrête, c’est pas une défaite, On peut se concentrer sur les AG et les commissions. Il faut des actions concrètes pour faire avancer le mouvement. Proposition de laisser tomber le camp et de l’expliquer dans un communiqué

10 G Quelque chose d’historique qui se passe aujourd’hui. Je viens à la base comme citoyen pour participer à des réflexions sur la société et il y a des soucis sur le camp, la société qu’on critique, on la vit dans ce camp. Abordons les complémentarités de lutte.

11 G Gre est une des rares villes qui autorisent ce mvmt. A côté de l’AG c’est la jungle. A quoi ça rime de partir, de laisser les gens qui sont là, de leur tourner le dos ? On peut avoir de l’empathie pour ces ges

12 I G Je viens raconter ND à Lyon, Nimes et Montpellier. Lyon dimanche et lundi il y a marché, donc ils bougent et sinon, ça dort un peu sur la place Guichard. Nimes, c’est RDV 17H micro barbeuc et tous les soirs ils refont, Montpelleir RDV que les samedis soirs car pb de violence dés le début.

13 I G Partir aujourd’hui, c’est pas un pb, le plus important c’est écouter et exprimer mon point de vus, entendre autre chose que la TV et des gens qui savent bien parler.

14 I F On peut essayer de s’investir, de donner un coup de main chacun, tout remballer n’est pas une solution. La fatigue se fait sentir, alors que si chacun s’en occupe un peu, ça peut marcher.

15 I G Si on n’est plus là, on perd de la visibilité, on invente une nouvelle forme de mobilisation réfléchir à sortir de là par le haut.

16I G Le plus important, se retrouver ici. Lyon est très structuré en terme d’AG avec des propositions en début d’AG et des vote dés le début de l’AG. 70 % des gens ne connaissent pas encore la loi travail, on a plein de boulot

17I F Ici on a des AG à thème depuis une semaine

18 I G Campement au service de la politique, là où on parle le plus,c’est pas à l’AG c’est sur le campement. Faut faire des petits trucs, chacun, on est assez nombreux.

19 I F Problèmes concrets qui bouffent les débats politiques, mais pour le moment, c’est trop tôt pour laisser le campement. Il s’y passe des ateliers. Un super échos, poésie debout, dans les tram, et pour recueillir la parole des gens. De belles actions.

20 I G Les classes populaires ne votent plus, la question c’est comment en finir avec la lutte des classe. Si on enlève le campement, c’est une perte. Mise en acte dans la communauté de vie. Du bonheur d’être là. On devrait pouvoir dire dégage, si il y a un pb une fois avertissement, deux fois, dégage. Le campement c’est de la poésie, de l’action et du rêve à la fois.

21 I G On change le monde tous ensemble, la nuit debout, je vous vois jamais debout. Venez nous aider même la journée à la buvette, arrêter de juger. On veut faire un autre monde mais on garde nos préjugés.

22 I F Si on quitte le camp, je le vivrais comme un échec. C’est une leçon de politique et d’humilité incomparable, on dépose notre égo à l’entrée. Accepter de regarder les choses en face, d’autres formes de mobilisation , mais se réapproprier le lieu. Sans camp, ça sonnera creux. Ce lieu m’a permis de prendre connaissances des associations et ce n’est pas sur ces marches que ça se construit. Nd c’est un concept, ça ne veut pas dire que c’est nuit blanche. Faire preuve d’autodiscipline. Si on voit quelqu’un faire une nuisance aux autres, aux constructions, lui dire : barre toi.

23 I G La question de notre objectif : loi travail= notre dénominateur commun. Si ND en tant qu’entité existe, peut elle lancer un préavis de grève sans passer par la paperasse syndicale ? Un autre dénominateur commun : la lutte contre le capital

24 I G Mieux gérer les choses si chacun fait quelque chose.

25 I G Quoi penser, alors que Gre a pour spécificité le lieu de vie, qui crée quelque chose d’intéressant. Monter et démonter comme à Paris, c’est autant d’énergie que de tenir un campement. Lieu de vie et politique ça marche ensemble. AG pas légitime pour voter ça mais c’est le noyau dur qui doit décider.

26 I G Lieu de vie c’est épuisement et en même temps, bonheur car ça fait grandir, c’est un plaisir de cotoyer les SDF et de casser sa routine.

27 I F Il faut être uni en harmonie face à la police.

28 I F Moi je passe la nuit si 2 personnes sont avec moi.

29 I G Je préfèrerai qu’on capitalise nos idées et qu’on passe à des actions concrètes plutôt qu’on risque un accident sur le site.

30 I F Au départ se concentrer sur la politisation et les actions, finalement ça tient à peu de choses si on décide tous de passer une nuit. Comment prendre une décision sur la tenue du camp si on n’y dort pas ?

31 I F C’est pas parce qu’on est une fille qu’on est faible, venez dormir les filles, ça se passe très bien. 32 I G ND c’est mon école de vie, un espace militant et de solidarité, il n’y a aucune raison de baisser les bras.

33 I G Il faut faire un vote car les gens partent de l’ag. Rappel : 6 à 10 mains levés tout à l’heure pour savoir qui dormaient là. Si le camp se lève, la lutte ne s’arrête pas. Soit on vote soit on compte le nombre de gens prêts à rester et si plus de 25 c’est ok. Il faut un vote pour avancer.

34 I G 25 sur le camp ? C’est trop, ça s’est jamais passé.

35 I F L’AG a toute la légitimité pour voter.

36I G Rappel qu’il y a des problèmes, et que une décision doit être prise. Si on dit, que l’AG est pas légitime, ça ne fait que reporter la décision. Que veut exactement le noyau dur, décision ou pas ? 37 I G (désolé)

38 I F L’AG doit aider à décider. A la commission animation, il y a eu des pbs trop durs à gérer seul et de moins en moins d’atelier politiques proposés.

40 I F Quel est le symbole de camp ? Pour plein c’est important, la médiatisation est bonne. Deuxièmement peut on alléger l’orga ? Exemple : apporte ton sandwich

41 I G Je viens pas de grenoble, c’est parce qu’il y a une occupation que je suis là.

42 I F et conclusion On fait un sondage de l’AG pour savoir qui est pour garder le camp. On vote sur ça le dimanche 1 mai à l’AG. Qui peut dormir ce soir ? 10 Personnes se lèvent, et qui dimanche ? 25 Personnes se lèvent.

VOTE 50 Pour 10 Contre 3 Abstention

Suite de l’AG HORS DEBAT

Intervention 1 Retour sur la réunion à 17H pour organiser le 1er mai. RDV Demain à 11H pour finir d’organiser le 30 et le 1er mai. 14H RDV MC2 pour accueillir les autres ND. Thème : la démocratie participative si pluie, on va à la BIFURK

Intervention 2 Je souhaite faire du théâtre avec vos paroles , ok ou pas ? Vote pour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *